top of page

Deuxième plateforme de dialogue "Bioéconomie suisse basée sur le bois" 

Le 5 décembre 2023, nous avons discuté de la bioéconomie basée sur le bois en Suisse avec des représentants de différents domaines de la recherche sur le bois et de l'économie.

L'équipe S-WIN a présenté l'état d'avancement de la fiche d'information "Bioéconomie basée sur le bois en Suisse", dont l'objectif est de fournir une vue d'ensemble des défis et des possibilités de la bioéconomie basée sur le bois en Suisse.

Elle doit servir de base de discussion et de décision la plus actuelle avec des contenus clairs et coordonnés avec le secteur. 

La fiche d'information se concentre sur les usines de bioproduits et la valorisation du bois usagé en tant que nouvelles technologies dans la bioéconomie basée sur le bois en Suisse. Bien que l'économie forestière, la construction en bois et le bois-énergie ne soient pas étudiés en profondeur, ils sont également mis en contexte dans la fiche d'information en tant que noyau de la bioéconomie actuelle basée sur le bois en Suisse.

Florentine Hilty a présenté Weidman Fiber Technology, une startup suisse présente dans le monde entier. Weidmann Fiber Technology est un exemple de produits issus de l'usine de bioproduits, développés en Suisse et fabriqués à l'étranger - là où le produit est nécessaire.

Ingo Burgert, de l'ETHZ, et l'équipe du projet MainWood ont donné un aperçu de leur projet de recherche, dont l'axe principal est la gestion du bois basée sur le cycle et au sein duquel est étudiée, entre autres, l'utilisation efficace du bois de faible qualité comme matériau de construction. Le projet doit soutenir la bioéconomie basée sur le bois en Suisse grâce à des connaissances sur le recyclage dans la construction en bois, l'utilisation efficace des ressources et le développement de matériaux.




Il ressort des discussions que les usines de bioproduits en Suisse ne peuvent devenir une partie autosuffisante de la bioéconomie que si

  • Il existe un marché pour les produits à fort potentiel de valeur ajoutée, car des unités de production plutôt petites sont envisageables pour le site suisse

  • Les matières premières pour la production de produits à haute valeur ajoutée sont disponibles en Suisse (p. ex. sous-produits de la production de papier).

  • D'autres biomasses que le bois sont utilisées (en plus) comme matières premières.

 

Cependant, la recherche et le développement de substances chimiques à base de bois et l'octroi de licences pour la technologie de production à l'étranger (où les matières premières nécessaires sont disponibles ou où le produit a un marché) semblent être rentables.

Les participants ont souligné le besoin d'établir des grilles quantitatives en fonction des qualités de bois disponibles et des domaines d'application possibles, afin de pouvoir planifier les quantités de matières premières possibles pour la production de (nouveaux) produits.

 

En conséquence, une stratégie bioéconomique pour la Suisse serait utile afin de définir des orientations et des concepts scientifiquement fondés pour une utilisation efficace et durable des terres et des ressources. De plus, le cycle du bois pourrait être mis en place avec la valorisation des résidus (vieux bois) et la collaboration entre la politique, la recherche et l'industrie pourrait ainsi être encouragée.

 

Cette manifestation informative s'est terminée par une visite guidée du Structural Engineering Lab de l'EPFZ, qui s'est achevée par un spectaculaire test de matériaux de construction en bois.


Merci à tous les participants pour leur contribution et leur participation active !


Les réactions, les apports et les questions sur l'avenir et les thèmes de travail de la bioéconomie basée sur le bois en Suisse sont les bienvenus.




10 vues

Comments


bottom of page